Tune In 112

TUNE IN 112

«Millions d’êtres, soyez tous embrassés!?»

112

Sculpture réalisée par un jeune artiste rwandais

Les Tune In sont des réflexions spirituelles pour les artistes publiées par Crescendo.

Alors le roi dira, à ceux qui seront à sa droite : «Venez, les bénis de mon Père, recevez en partage le Royaume qui a été préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger et vous m’avez recueilli ; nu, et vous m’avez visité ; en prison, et vous êtes venus à moi. » Alors les justes lui répondront : « Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te donner à boire ? Quand nous est-il arrivé de te voir étranger et de te recueillir, nu et de te vêtir ? Quand nous est-il arrivé de te voir malade ou en prison, et de venir à toi ? » Et le roi leur répondra : « En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ! » (Matthieu 25, 34-40)

Ce numéro de TUNE IN vous parvient d’un projet musical au Rwanda.* Si l’on voyage de l’Europe vers l’Afrique, l’écart entre les riches et les pauvres est palpable dès que vous descendez de l’avion. A cet égard le Rwanda appartient encore aux pays africains qui ont un niveau de développement relativement élevé. Mais malgré tout, à chaque pas on voit dans quelle pauvreté la plupart des gens vivent ici et combien de choses que nous tenons pour acquises dans la vie quotidienne en Europe appartiennent ici aux produits de luxe.
Inévitablement, on repense à Matthieu 25 – et on se sent accablé. Et réfléchissant un peu plus on doit admettre qu’on ne devrait pas se poser la question d’abord dans un pays africain, mais aussi à la maison : qu’est-ce que je fais pour les plus pauvres? Ou bien, dit autrement: est-ce que je me laisse encore toucher par la détresse des autres? Non seulement par la détresse matérielle, mais aussi celle de l’âme, la maladie …? Est-ce que je ne préfère pas fermer les yeux devant tout cela – peut-être par saturation, voyant la quantité écrasante des besoins? Ou bien, si ce n’est pas la saturation qui me ferme les yeux et me paralyse, est-ce peut-être la force d’attraction de la pensée orientée vers la possession et l’égoïsme, dont parle une belle histoire hassidique?

«Un jeune homme riche cherchait des conseils auprès d’un rabbin pour savoir que faire de sa vie. Le rabbin l’amena à la fenêtre et lui demanda, «Que vois-tu?» – «Je vois des gens qui vont et viennent, et un aveugle qui demande l’aumône». Puis le rabbin le mit devant un grand miroir et dit: «Dis-moi – qu’est-ce que tu vois maintenant ?» – Le jeune homme répondit: « Je me vois moi-même» – «Et tu ne vois plus les autres. Note bien que la fenêtre comme le miroir sont faits de verre. Si tu les prends tous les deux comme des images de toi-même, tu seras d’accord avec moi: si tu es pauvre, tu vois d’autres personnes et tu ressens de la compassion. Si tu es riche – couvert de juste un peu d’argent – tu ne vois plus que toi-même.»
Dans cette histoire, c’est la richesse qui transforme le verre en miroir. Mais d’autres choses peuvent aussi nous rendre aveugles par rapport aux autres – et finalement aussi insensibles aux besoins des autres et en fin de compte peu enclin à donner. Y compris une concentration sur sa propre réussite artistique!

Retournons au texte de Matthieu 25: si nous le comprenons en tant qu’exigence maximale, cela nous accable. Comment devrions-nous répondre aux souffrances immenses des gens? Mais si on lit le texte un peu plus en détail, on peut y trouver plutôt une exigence minimale: «Tout ce que vous avez fait pour l’un de mes frères … vous l’avez fait à moi». Mais cette exigence ne devrait pas être comprise à son tour comme un sédatif ou comme un alibi à la place d’un engagement allant plus loin. Au contraire, elle devrait être interprétée ainsi: dans la mesure où Jésus cite l’individu plutôt qu’un grand nombre, il précise que c’est l’amour qui doit être la motivation! L’amour vise toujours notre vis-à-vis individuel, avant que le cœur s’ouvre à un plus grand nombre. Le point de départ pour l’amour est moins la phrase «Millions d’êtres, soyez tous embrassés» de Friedrich Schiller, que nous connaissons de la 9e symphonie de Beethoven, que l’attention aimante portée à une autre personne. Dans les paroles de Jésus se cache une merveilleuse promesse: dans l’autre, dont  nous essayons de combler le besoin, c’est le Roi lui-même (c’est-à-dire Dieu) qui vient vers nous. Alors, les gens les plus riches ne sont pas des donateurs supérieurs, mais des hommes qui se sont eux-mêmes dans le besoin et sont accueillis.

Prière:
«Seigneur, ouvre mes yeux aux autres. Aide-moi toujours à regarder loin de moi-même. Aide-moi à donner généreusement aux autres ce que j’aimerais plutôt garder pour moi-même – que ce soit des finances, une partie de mon temps, l’attention, un compliment ou une autre forme d’amour. Merci pour le fait que tu ne me poses pas une exigence majeure, mais que tu  veux m’aider à rencontrer des personnes individuelles avec l’amour. Et merci pour le fait que je peux moi-même devenir un humble récipient par cela. Conduis-moi dans les prochains jours vers des gens qui ont besoin de moi, même s’ils ne crient pas fort à l’aide, même si elles sont invisibles dans leur détresse. Et montre-moi ce que je peux faire pour eux. Amen.»

*Voir www.music-road-rwanda.de  Texte : Beat Rink

Sculpture réalisée par un jeune artiste rwandais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s